Des Ailes pour l’Ouest, l’association favorable à l’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes

Communiqué de presse : Notre-Dame-des-Landes : la faible mobilisation et les conflits avec les zadistes doivent inciter l’État à intervenir.

Nantes, le 7 juillet 2014 COMMUNIQUE   Notre-Dame-des-Landes : la faible mobilisation et les conflits avec les zadistes doivent inciter l’État à intervenir. Moins de 10.000 personnes présentes contre 40.000 attendues, plus de la moitié des parkings déserts, des interventions de zadistes cagoulés… la mobilisation des opposants à l’aéroport de notre Dame des Landes tourne à la « zizadie » !   La mobilisation des opposants à l’aéroport du grand Ouest s’essouffle incontestablement. 10.000 personnes selon les organisateurs, 4.500 selon la préfecture, ont participé à cette manifestation, la plupart venues davantage pour les concerts que pour la lutte contre le transfert.   L’association des Ailes pour l’Ouest n’est pas étonnée de cette tournure : « Comment voulez-vous que les habitants et les citoyens du Grand Ouest soutiennent des opposants qui pactisent avec les délinquants et les voyous de la ZAD. Personne n’est dupe du double jeu des opposants et l’échec de leur manifestation n’est que la conséquence de ce qu’ils ont semé » explique Alain Mustière, le Président de la principale association de pro-aéroport.   Les organisateurs ont d’ailleurs dû faire face eux-mêmes à l’intrusion de zadistes cagoulés qui ont interrompu les discours et pris à partie, armés de bar de fer, des patrouilles de gendarmerie.   « Cette mascarade et cette violence n’ont que trop duré. Il est temps pour l’État d’intervenir, d’évacuer les voyous qui occupent la zone et de lancer le projet » témoigne Alain Mustière pour qui les opposants ne veulent d’aéroport NI LA, NI AILLEURS.   L’association rappelle qu’ avec 100% des terres acquises, l’indemnisation sur la base d’une valeur à neuf des agriculteurs qui sont tous relocalisés à moins de 5 km, la validation par Bruxelles des procédures environnementales et la croissance continue de l’aéroport actuel, coincé entre le centre-ville et le lac grand lieu zone protégée Natura 2000, il est urgent de lancer le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes.

Des Ailes pour l'Ouest