Des Ailes pour l’Ouest, l’association favorable à l’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes

Réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique : aucune vision du Grand Ouest à long terme !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Nantes, le 6 mars 2015

Réaménagement de l’aéroport de Nantes-Atlantique : aucune vision du Grand Ouest à long terme !

Les opposants au transfert de l’aéroport de Nantes à Notre Dame des Landes publient des pistes de réflexion issues de l’atelier citoyen. Des propositions illusoires et sans commune mesure avec la réalité des enjeux.

L’atelier citoyen et soi-disant neutre qui n’est en fait qu’un regroupement de quelques opposants bien connus, animé par 2 militants écologistes propose des évolutions de l’aéroport de Nantes.

Face aux inepties qui ont déjà été publiées sur leur site, l’association des Ailes pour l’Ouest souhaite réaffirmer quelques vérités.

  • Contrairement à ce que disent les opposants, l’aéroport actuel a fait l’objet de nombreux investissements depuis les années 70 et même beaucoup plus récemment, que ce soit le hall 4, de nouveaux parkings, la centralisation des postes de filtrage…
  • Contrairement à ce que disent les opposants, réaménager l’aérogare ne peut sérieusement pas se faire par une « collection » de solutions simplistes et incohérentes comme « Relocaliser le restaurant en toiture» où passe une multitude de gaines, câbles ou tuyaux, et qui nécessiterait de revoir les fondations du bâtiment ni conçu ni réalisé pour supporter de telles charges en toiture.
  • Contrairement à ce que disent les opposants, la piste ne peut être simplement réajustée dans une vision à long terme. Sur une telle période, ce n’est pas seulement sa surface qu’il faudrait reprendre, mais toute son épaisseur synonyme d’une refonte complète et de l’interruption du trafic entre 3 et 6 mois.

Plus généralement, les opposants énoncent des propositions d’ajustement qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. « Un aéroport se construit dans une vision à long terme. Face à la croissance du trafic, l’une des plus fortes en Europe, à des mouvements d’avions qui ont augmenté de 30% depuis 2007 et augmenteront de 43% d’ici 2030 malgré un emport plus important, il est illusoire de maintenir l’aéroport sur le site actuel » explique Alain MUSTIERE le Président.

« Ceux qui soi-disant défendent l’environnement nous expliquent qu’il est préférable de développer un trafic aérien  au-dessus d’une agglomération de 600.000 personnes et d’une zone Natura 2000 qu’au-dessus de terres agricoles parmi les plus pauvres du département. Ils refusent en fait depuis le début tout développement créateur d’emplois ni là, ni ailleurs, mais plus personne n’est dupe et ne se laissera enfumer davantage ! » conclut Alain MUSTIERE

Des Ailes pour l'Ouest