Des Ailes pour l’Ouest, l’association favorable à l’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes

Un financement privé à 70%

Consulter nos fiches d’information :

Une opération financée à plus de 50% (70% pour la seule plate-forme) par un opérateur privé, un cas unique pour un tel projet porté par l’État. C’est donc une opportunité exceptionnelle pour le territoire du Grand Ouest de bénéficier d’un équipement structurant pour un risque assumé majoritairement par le concessionnaire.

  • Le coût pour l’État est de 130 M€ compensé par plus de 100 M€ TVA sur les travaux et la vente des terrains actuels ce qui rendra l’opération bénéficiaire pour lui.
  • Un coût total de l’opération qui équivaut à la réalisation de moins de 30 km de LGV.
  • Les collectivités qui participent à l’opération seront remboursées par un dispositif de participation aux excédents d’exploitation dès qu’ils seront supérieurs aux prévisions.
  • La part de Nantes Métropole de 17,5 millions d’€ est équivalente au coût de moins d’1 km de tramway.
  • La part de la Région Pays de la Loire est équivalente à 2% d’un budget annuel

 Répartition des engagements des collectivités

 

 

 

 

 Financement partagé de l'opération

 

 

 

 

 

Le projet coûtera plusieurs milliards avec les infrastructures d’accès : FAUX !

  •  La desserte routière entre la Route vers Vannes et la route vers Rennes est intégrée dans les coûts de réalisation pour un coût de 81 M€ HT et ne servira pas qu’à la desserte de l’aéroport mais aussi à la liaison RN 137/RN 165.

 1

 

 

 

 

 

  • Une liaison Tram/train d’un montant d’environ 120 M€ est prévue mais servira également pour la desserte locale (80% du trafic). Seul 20% de cet investissement doit donc être affecté à l’aéroport en lui-même.
  • Le projet de liaison par TGV dans le cadre du projet Ligne Nouvelle Ouest Bretagne Pays de la Loire n’est pas encore décidé. Le débat public s’est terminé en janvier et la commission du débat public a annoncé la poursuite des études sans décider de sa réalisation.
  • Ce projet vise à améliorer les liaisons entre Rennes et Nantes et serait étudié sans même la connexion avec l’aéroport. Il n’y a donc aucune raison d’imputer le coût d’un investissement plus qu’hypothétique à ce stade.

2

 

 

 

 

 

 

  • Le besoin d’un nouveau franchissement de la Loire liée à la saturation du pont de Cheviré qui reçoit 120 000 passagers/jour n’est pas lié à l’aéroport et les embouteillages sont déjà nombreux sans même l’aéroport à Notre Dame des Landes

Au contraire, son transfert au nord de l’agglomération va le rapprocher de sa zone de chalandise puisque 70 % des clients viennent du Nord Loire. Il n’y a donc aucune raison d’imputer à l’aéroport le coût d’un tel équipement indispensable qu‘il y ait transfert ou pas.

Des Ailes pour l'Ouest