Des Ailes pour l’Ouest, l’association favorable à l’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes

Un transfert pour moins de risques

Au-delà des nuisances liées au survol d’une agglomération de 600.000 habitants et du lac de grand-Lieu, zone Natura 2000 protégée par la convention internationale Ramsar sur les zones humides, l’aéroport de Nantes-Atlantique, bien que classé en catégorie A, est considéré comme un des plus dangereux des aéroports français en raison de la proximité des zones à forte densité de population (sources: Bureau enquête Accident et contrôleurs aériens SAC-CGT), de la complexité des trajectoires imposées liées à l’orientation de la piste.

L’aéroport de Nantes bénéficie actuellement d’une dérogation sur les trajectoires dans l’attente du transfert. Si l’aéroport n’est pas transféré, cette dérogation tombera et les nantais seront survolés à très basse altitude avec un avion toutes les 3mn en heure de pointe.

Des pilotes et contrôleurs aériens confirment cette difficulté d’approche sur Nantes-Atlantique et affirment qu’il faut transférer l’aéroport avec un doublement du trafic à terme.

» Voir un article Ouest-France

Avion taiwan 

Comme l’a montré récemment le crash d’un avion à Taiwan, le risque 0 n’existe pas et Nantes a déjà connu plusieurs alertes dont l’une importance lors d’un incident survenu dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 mars 2004 : un avion MD 83 de la compagnie Luxor Air en provenance de Louxor (Egypte), s’ est écarté de la trajectoire réglementaire sous un angle de 30° pendant plus d’une minute et demi tout en descendant en-dessous des hauteurs minimales autorisées. Il a ensuite viré à gauche et effectué une remise de gaz. Il a été aperçu en-dessous de la couche nuageuse. Celle-ci se situait à 500 pieds au-dessus du niveau de la mer alors que la procédure impose de rester dans cette zone au-dessus de 1 730 pieds, selon le rapport du BEA.

Ville+piste

 sans-titresans-titre2  avion tour

Des Ailes pour l'Ouest