Des Ailes pour l’Ouest, l’association favorable à l’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes

AEROPORT NOTRE-DAME-DES-LANDES – COMMUNIQUE DE PRESSE DES CITOYENS FAVORABLES

Communiqué de presse

Nantes, 16 avril 2013

 

Violences à Notre-Dames-des-Landes : l’ACIPA et les élus opposés doivent se désolidariser des « Zadistes » et leur demander de quitter les lieux

 

 

Au lendemain des violents affrontements qui ont eu lieu à Notre-Dame-des-Landes, l’ACIPRAN, principale association de citoyens favorables au projet, demande à l’ACIPA de mettre en phase ses actes avec ses propos et de se désolidariser des « Zadistes ».

 

Routes coupées par des tranchées, menaces, intimidations, vols, dégradations… la vie devient insupportable aux alentours du site et les agriculteurs ne peuvent même plus assurer l’activité de leurs exploitations selon les témoignages des habitants et agriculteurs transmis à l’association.

 

« Alors que l’Etat engage les discussions sur la mise en œuvre des préconisations demandées par les 3 commissions, nous ne devons plus collectivement tolérer les exactions menées par une minorité radicale qui combat tout forme de développement », déclare son Président Alain Mustière.

 

« Nous demandons à l’ACIPA de participer aux réflexions sur les améliorations proposées par les commissions et d’appeler les squatteurs, qui sont à Notre-Dame-des-Landes, comme ils étaient hier à Flamanville et seront demain sur le Lyon/Turin, à quitter leurs terres. Autant nous avons l’habitude de dialoguer avec les opposants dans un respect réciproque, autant nous ne pouvons plus accepter leur double discours de condamner les violences tout en hébergeant et nourrissant les squatteurs », ajoute Alain Mustière.

 

Nous appelons à « une réflexion partagée des améliorations proposées par la commission du dialogue, la mission agricole, le comité d’experts scientifiques, au respect de l’Etat de droit et donc à l’évacuation du site de personnes qui n’ont rien à faire sur des terres ne leur appartenant pas afin de permettre une sérénité retrouvée sur place et dans les échanges qui vont s’amorcer avec l’ensemble des parties prenantes ouvertes au dialogue ».

 

Des Ailes pour l'Ouest